Fourrières : et si l’enlèvement de votre véhicule était illégal ?

sauver_mon_permis_enlevement_fourriere

Cette semaine, le magazine Auto Plus s’est penché sur les fourrières et a mis en lumière ce qu’il a baptisé « le scandale des enlèvements illégaux ». Aujourd’hui, le blog de SauverMonPermis revient sur ces nombreuses mises en fourrière qui seraient réalisées dans l’illégalité la plus totale

Le magazine Auto Plus dresse un portrait à charge

La cible de la rédaction de l’hebdomadaire ? Les petits 4×4 munis de paniers de levage articulés, qui rôdent dans les centres urbains à l’affut des véhicules mal garés. Le problème, c’est que ces outils anti-stationnement illicite enlèvent une quantité de véhicules auxquels ils ne devraient légalement pas toucher !

Sur le banc des accusés : la catégorisation des dépanneuses de la fourrière

Parmi les nombreux facteurs pointés du doigt par Auto Plus – incluant un cadre flou pour le métier même exercé par les conducteurs de véhicules de fourrière – figure la catégorisation des dépanneuses de la fourrière. En effet, celles-ci appartiennent à la catégorie A, propre aux véhicules légers. A titre de comparaison, les grands camions plateaux appartiennent, eux, aux catégories B ou C.

Des enlèvements en toute illégalité

Eh bien figurez-vous que la loi interdit à ces véhicules de catégorie A de tracter des véhicules dont le PTAC officiel (poids total autorisé en charge) dépasse les 1 800 kg, soit le poids de citadines ou de compactes. Or, ces dépanneuses chargent monospaces, SUV et autres berlines familiales sans aucun distinguo – photos du magazine à l’appui !

Des excès de vitesse des dépanneuses de la fourrière ? Aussi !

Ajoutez à cela les excès de vitesse de ces dépanneuses surpris par l’équipe d’Auto Plus (alors qu’il leur est formellement interdit de dépasser les 60 km/h durant le remorquage) et vous aurez une jolie idée d’une enquête qui risque de beaucoup faire parler d’elle…


Commenter cette article